MOTOS RENE GILLET LES BIELLES DE MONTROUGE Agrandir l'image

MOTOS RENE GILLET LES BIELLES DE MONTROUGE

René Gillet, aurait fabriqué sa toute première moto dès 1895, l’antériorité de constructeur de motos lui aurait permis de s’attribuer le slogan de “doyenne des marques de motocyclettes françaises” mythe ou réalité ? Puis suivront d’autres monocylindres, mais ce sera vers 1905 avec ses premiers bicylindres en V à 45° qu’il commencera réellement son parcours industriel.

Plus de détails

Référence 2F_0032

Disponibilité : 0

56,87 €

Fiche technique

EAN13 nc
Editeur Jean-Yves Fenautrigues
Langue Français
Auteur(s) Jean-Yves Fenautrigues
Année de parution Janvier 2023
Collection Motoportrait n°16
Nombre de pages 426
Format 21 x 29.7
Couverture souple
Photos env 500 photos NB

En savoir plus

René Gillet, aurait fabriqué sa toute première moto dès 1895, l’antériorité de constructeur de motos lui aurait permis de s’attribuer le slogan de “doyenne des marques de motocyclettes françaises” mythe ou réalité ? Puis suivront d’autres monocylindres, mais ce sera vers 1905 avec ses premiers bicylindres en V à 45° qu’il commencera réellement son parcours industriel. Affinés jusqu’au modèle G 1920, les motos fabriquées à Montrouge ont déjà tout des “grandes”, fourches suspendue type Castle, magnéto, boite 3 vitesses embrayage Helé Shaw, etc…Accepté par l’Armée française lors des journées de Satory en 1927 le modèle phare le 750 type G adoptera le nom “armée française” avec des side-cars Louis Vannod type obus. Gros fournisseur de l’administration française, la réputation des motos René Gillet se bâtira également avec ses attelages civils, M. Gillet ajoutant la suspension arrière à ses motos, similaire à celle déjà présente sur ses châssis de side-cars et désormais des caisses Bernadet. Le long tourisme en side-car pratiqué par le patron en personne et en famille, quelle meilleure démonstration publicitaire dont René Gillet était gros consommateur. Les débuts, comme l’extinction de cette grande marque, jusque là floue et erronées, ont enfin été révélées grâce aux recherches approfondies de Christophe Fresneau, petit-fils des constructeurs BERNARDET (side-cars), Pierre Bruneteau président du Club René Gillet France, M. Henri Gillet descendant du constructeur qui nous à ouvert ses archives familiales et l’auteur. Le carcan du cahier des charges de fournisseur de l’Armée, n’empêchera pas malgré l’immobilisme imposé, M. René Gillet d’apporter des innovations sur ses autres motos (civiles) et de déposer de nombreux brevets. Hélas, la marque ne résistera pas longtemps à la disparition de M. René Gillet en pleine tourmente, fin 1944 et c’est en 1956 que le lion Peugeot posera finalement ses griffes dessus mettant fin à une longue histoire de V Twins à la française ! Entrez dans l’histoire passionnante de René Gillet et venez visiter cette étude avec de nombreux documents inédits autour des différents moteurs, boites de vitesses, cadres, etc.. leurs évolutions, mais aussi sur les personnages collatéraux qui ont œuvré au développement de la grande marque de motos René Gillet.

25 autres produits dans la même catégorie :

Un site du groupe Sophia Éditions © 2024